Au coeur de l'impunité 7 février 1986 : rejet de la dictature Exposition virtuelle Bibliothèque Soumettre un document

 

 

À PROPOS DU PROJET

Le 7 février 2014, le projet « Haïti lutte contre l’impunité » a été lancé simultanément à Port-au-Prince et à Montréal.

Pourquoi ce projet est-il indispensable ?

 

En Haïti les crimes d’État, les crimes politiques aussi bien que les crimes individuels, font rarement l’objet d’une sanction prévue par la loi. Souvent, aucune enquête ni procédure judiciaire n'est ouverte après la perpétration d'actes criminels et illégaux. Les rares enquêtes, quand elles sont entreprises, n'aboutissent guère, voire jamais. Et la justice défaillante, quand elle se prononce, s'éloigne du droit et de la vérité la plupart du temps. Les victimes, les familles des victimes n’ont pas véritablement de recours face aux criminels et souvent elles doivent affronter le mépris de leurs souffrances et l’arrogance de leurs bourreaux. Elles sont contraintes au silence par peur de subir les représailles de leurs bourreaux ou elles choisissent de se taire convaincues que le système judiciaire haïtien est incapable de rendre justice. Quand elles décident de porter plainte, généralement les victimes se heurtent aux murailles de l'impunité, se retrouvant devant une justice sourde-muette. De plus en plus, l'impunité incrustée dans le corps social haïtien s'impose aux citoyens comme une dimension normale de leur vie, voire une fatalité.  Si bien que l'on assiste actuellement à une banalisation des crimes et de la corruption en Haïti. Si bien que l'on demande aux victimes de se taire et d'oublier, oublier les morts, les massacres, les disparus, les tortures, les souffrances, les viols, les kidnappings et les vols, puisque la société haïtienne ne veut (ne peut) pas leur rendre justice. Le silence et l'oubli imposés aux victimes, combinés à un système judiciaire dysfonctionnel, constituent les trois fils utilisés pour tisser la toile de l'impunité sur toute l'étendue de la société haïtienne et à travers le temps.  

 
Le terme impunité est défini par l’absence de sanction juridique ou légale contre des idées, des pratiques et des actes illégaux et répréhensibles. L’impunité recouvre également l’absence de règles et de lois ou la non-application de celles-ci. Chaque fois que la société ne prend pas de mesures punitives face aux violations des lois, il y a impunité. Toutes les fois que la société n’applique pas la peine méritée par un individu ou une personne morale suite à des actes criminels, le criminel jouit de l’impunité car le crime reste impuni.

 

 

De manière générale, le phénomène de l'impunité a toujours été présent en Haïti. De l’esclavage à l’Indépendance, des occupations étrangères à la dictature duvaliériste, et de 1986 à nos jours, le territoire haïtien semble être un terreau fertile pour toutes les formes d’impunité. Et plus particulièrement, durant la période de la dictature duvaliériste, le phénomène de l'impunité s'est érigé en système de gouvernance à l'échelle du pays. Depuis, Haïti connaît une impunité de fait absolue.

 

Vu l’ampleur et la persistance du phénomène de l’impunité propagée à grande échelle depuis la dictature duvaliériste dans le corps social haïtien; 

Considérant « l'impunité de fait absolue » qui règne en Haïti, engendre et maintient le climat de peur et la loi du silence;

Considérant que la société haïtienne fait face à un immense déficit d’institutions dont le rôle serait d’assurer les principales fonctions de sauvegarde et de transmission de la mémoire collective;

Il y a urgence d’une lutte citoyenne systématique contre l’impunité et contre l’extinction programmée de la mémoire collective.
 

C’est précisément la principale mission du projet « Haïti lutte contre l’impunité », sur le mode d’une bibliothèque virtuelle sur Internet, en dévoilant la nature et l’ampleur du système d’impunité de fait en Haïti. Le projet vise particulièrement à offrir aux jeunes générations des documents basés sur des faits réels, des événements qui ont eu cours en Haïti et dont l'analyse éclaire sur les mécanismes et les formes d’impunité repérables depuis l'avènement de Duvalier au pouvoir en 1957 jusqu'à maintenant. 

La réalisation de ce projet porté par une équipe transnationale, s’inscrit dans la durée et requiert vos multiples contributions. Pour enrichir et nous aider à développer le projet, acheminez-nous des témoignages, des photos, des documents et des propositions de rubriques. Ce projet a besoin également de votre soutien financier afin de poursuivre sa mission et d’atteindre les générations haïtiennes successives dans la lutte continue contre l’impunité en Haïti.

Le site documentaire  « Haïti lutte contre l’impunité » a été créé à partir d'une idée originale du Centre Œcuménique des Droits Humains (CEDH) d'Haïti. Il a été initié par le Collectif contre l'impunité avec l'appui de la Plate-Forme Haïti de Suisse (PFHS). Très rapidement se sont ralliés autour du projet des personnalités de la diaspora haïtienne et des partenaires institutionnels à l'étranger et en Haïti : Association pour la Défense des Droits de l'Homme et de la Démocratie en Haïti (ADDHDH, Paris); Centre International de Documentation et d'Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-canadienne (CIDIHCA, Montréal); Devoir de Mémoire-Haïti. La mise en œuvre du site -soutenue par le CEDH, la PFHS et la FOKAL (Fondation Connaissance et Liberté)- est assurée par une équipe pluridisciplinaire basée en Californie, à Montréal et à Port-au-Prince. "Haïti lutte contre l'impunité" est une œuvre commune gérée par le CEDH.

                                                                                                

Haïti lutte contre l'impunité parce que la nouvelle Haïti doit être fondée sur le droit, la justice et la vérité.

 

La justice élève une nation, mais l’impunité la détruit...