Au coeur de l'impunité 7 février 1986 : rejet de la dictature Exposition virtuelle Bibliothèque Soumettre un document

Premières élections démocratiques

 

 

Forthcoming

À venir

Enfòmasyon sou paj sa a nan wout

Próximo

Le type et les langues publiés Titre et Description date de création actes
Text_icon

Faits saillants de 1986 -1994

Tableau récapitulatif mais non exhaustif : date des principaux événements de 1986 à 1994. Après le départ de Jean-Claude Duvalier, violence et répréssion contre la population marquent cette période considérée comme la première phase d'une transition démocratique avortée.

établi Feb 07, 2015

Montrer
Video_icon

Hommage aux victimes de Fort Dimanche, 7 février 1991

FD = Fort Dimanche = François Duvalier «Ce n'est point par hasard, si cet endroit de sinistre réputation a les mêmes initiales FD que le diabolique dictateur à vie, le fossoyeur de la nation haïtienne.» Anthony Phelps Avec : Toto Bissainthe, Georges Castera, Syto Cavé, Anthony Phelps, Mario Bazile et Jean-Claude Chéry. Texte d'Anthony Phelps. Chants par Michael Norton, Rolph Trouillot et Syto Cavé. «Nous illustrerons la rosée» est le titre de la chanson écrite par Michael Norton. Réalisation par Anthony Phelps. JF Productions, le 8 février 1991 (27 mn, français et créole)

établi Feb 07, 2015

Montrer
Video_icon

Le retour de la terreur en Haiti - 1991

Le discours du président Aristide du 27 septembre 1991, dans lequel il lance des menaces de vindicte populaire face aux rumeurs d’un coup d’état imminent, eut l’effet fédérateur de tous les groupes qui exècrent la participation citoyenne effective de la population haïtienne. Les forces répressives, militaires et tonton macoutes (convertis au besoin en attachés), offrent les menaces d’Aristide comme justification de leurs crimes. Elles ont effectué une « correction de la dérive démocratique » en massacrant des milliers de citoyens et citoyennes, en violant des centaines de femmes, ciblant particulièrement dans les quartiers populaires. Les cinq premiers jours et cinq premières nuits qui ont suivi le 30 septembre 1991, l’armée s’est adjointe les groupes paramilitaires pour « nettoyer les rues », dans l’unique but d'écraser dans l’œuf le mouvement contestataire qui allait sans aucun doute prendre forme au lendemain du départ d’Aristide; rappelant tristement les massacres de juin 1957 au Bel-Air et à La Saline qui avaient suivi le coup d’État contre le prof. Daniel Fignolé. La répression sanglante s’est étalée sur plusieurs mois faisant entre 3000 et 5000 victimes. Les tontons macoutes étaient de retour. La radio VSN 57 avait recommencé à émettre. La chasse aux communistes ré-ouverte. Les barons duvaliéristes fêtaient leur victoire en tête-à-tête avec l’armée et ainsi les réactionnaires dansaient-ils au son nouveau du compas. L’armée haïtienne, sous la houlette du général Raoul Cédras, avait retrouvé ses champs de bataille de prédilection, la bataille contre sa population. Terreur en Haïti. Production : Antenne 2; producteur :Thoulouze, Michel; journaliste : Bony, Jérôme. 01/02/1992 - 34min45s (Droit d'utilisation non commerciale acheté par Haïti lutte contre l'impunité).

établi Sep 30, 2015

Montrer