Au coeur de l'impunité 7 février 1986 : rejet de la dictature Exposition virtuelle Bibliothèque Soumettre un document

Devoir de mémoire

«L'oubli est la ruse du diable.»
Rigord, moine de l'abbaye de Saint-Denis au XIIIe siècle

 

Devoir de mémoire et de vérité

PA BLIYE / NE PAS OUBLIER

 

Le bourreau tue toujours deux fois; la deuxième fois, par le silence de la victime.
Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix

 

Ce qui rend  le duvaliérisme encore plus odieux, c’est cette tentative d’effacer la mémoire des victimes. Ce n’est pas seulement le nombre de victimes qui est ici en cause ou la brutalité des bourreaux mais la volonté de les faire disparaître à jamais. Ce  sont des êtres humains à qui on a refusé le droit d’être humain. Nous ne pourrons jamais nous remémorer complètement ce qui s’est passé durant ces années de terreur. Les rescapés – comme Patrick Lemoine ou Marc Romulus--  savaient qu’ils ne pouvaient pas tout dire car comment dire l’horreur, toute l’horreur ?

Cette section du projet « Haïti lutte contre l’impunité » est une tentative limitée de rendre hommage aux disparus et aux rescapés de l’enfer duvaliérien --mais le sont-ils vraiment ? Car toute une part  d’eux-mêmes porte encore des blessures non cicatrisées. Ce qui fait des crimes des Duvalier, des crimes uniques, c’est cette volonté des duvaliéristes de nier la réalité du crime.

Cette initiative s’inscrit dans une démarche qui vise à sensibiliser les jeunes générations au devoir de mémoire et au devoir de vigilance pour dénoncer le mensonge des négationnistes de tout poil. Les victimes de l'ère post-Duvalier sont également nombreuses et attendent de voir prononcer en leur faveur les mots droit et justice.

Nous devons continuer à  dénoncer l’impunité,  car l’évocation du souvenir est indispensable pour éviter les pièges du passé, pour ne pas reproduire le passé. En effet « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre

 

Il ne faut jamais proposer l'oubli comme un moyen de la paix sociale. La mémoire fait partie de la paix sociale.
Bronislaw Geremek

 


 

Devoir de mémoire : pourquoi ? comment ?

Extrait

En quoi alors consiste la pratique du devoir de mémoire? D'abord elle n'a rien à voir avec la revanche encore moins la vengeance. Le devoir de mémoire est une pratique de recherche historique pour la connaissance des faits dans leurs moindres détails: il faut établir qui a tué qui, où, quand, comment, pourquoi, pour une personne comme pour plusieurs millions; il faut nommer les bourreaux et les juger si possible, pour qu'ils sachent que la société leur reproche leurs crimes. Il faut aussi célébrer les anges gardiens, ceux qui, au mépris de leurs propres vies, sont venus en aide à des victimes ou se sont interposés entre bourreaux et victimes. Il faut comprendre pourquoi c'est arrivé, quels mécanismes sociaux conduisent des êtres humains à sombrer dans la barbarie. Le devoir de mémoire est aussi une pratique de support aux survivants; une reconnaissance importante de leurs souffrances passées et présentes. Ensuite, il faut éduquer, en permanence; c'est une manière de forcer une société à voir et à reconnaître ses pires horreurs.

Cette pratique est une réplique à ceux qui, chez nous, auraient préféré que le silence étouffe tout ce passé. Car enfin, que nous demande-t-on ?
 
Oublier ? Mais comment peut-on oublier quand on nous a ôté l'affection d'un parent ? Comment peut-on oublier quand on nous a dépouillé de nos biens ? Comment peut-on oublier un viol ? des tortures ? des humiliations ?
 
Pardonner ? Mais à qui pardonnerait-on ? Les faits ne sont pas officiellement reconnus et établis puisqu'aucune enquête n'a jamais abouti.
 
Se réconcilier ? Mais avec qui ? Personne n'est jamais passé à l'aveu et personne ne reconnait avoir causé du tort à d'autres.
 
Jusqu'à aujourd'hui, aucun bourreau de la dictature des Duvalier, ou des autres pouvoirs qui ont suivi, n'a jamais exprimé un regret, n'a jamais demandé qu'on lui pardonne quoique ce soit, n'a jamais reconnu aucun tort. Au contraire! Ils se promènent dans la république comme si de rien n'était. Ils sont reçus partout où ils vont, comme si de rien n'était. Et c'est nous, les victimes, qui sommes culpabilisées, parce que nous refusons d'oublier. Parce que nous ne pardonnerons rien à personne sans reconnaissance des faits, sans admission d'avoir fait du mal à d'autres. Parce qu'il n'y a pas de réconciliation possible avec des gens qui refusent de reconnaitre leurs torts.
 
À défaut d'oubli et de pardon, la société offre aux bourreaux l'indifférence à la souffrance de l'autre, la banalisation du crime. C'est là sans doute le plus grand danger qui nous guette, en tant que pays, en tant que nation. L'indifférence à l'autre contribue à l'égoïsme et la banalisation du mal encourage l'impunité.
 
La pratique du devoir de mémoire n'a, en fin de compte, qu'un seul et unique but : comprendre ce qui c'est passé pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Par Marguerite B. Clérié du groupe Devoir de Mémoire-Haïti.    Pour la suite, cliquer ICI


Événements chronologiques aux rubriques Devoir de mémoire et Massacre de masse / Liste partielle

Année Date Événement / commémoration Statut
1957 16-17-18 juin  Massacre des partisans de Fignolé au Bel-Air et à la Saline  Page disponible
1958 5 janvier  Le martyr d'Yvonne Hakim Rimpel, la première victime du duvaliérisme  Page disponible 
28-29 août  Assassinat des deux frères Jumelle  Page disponible 
1961 22 avril  Assassinat de Jacques Stéphen Alexis  Page disponible 
1962 février  Disparition des élèves du CES (incluant le jeune Yvon Piverger tué en février 1963)  Page disponible 
1963 26 avril  Le massacre du 26 avril  (la chasse à Benoît)  Page disponible 
18 juillet  La révolte d'Hector Riobé  Page disponible
22 septembre  Un mystérieux massacre (recherche de témoins pour reconstitution)  Page disponible
1964 27-28 janvier  Disparition d'Eugène Pioux (témoignage de ses enfants)  Page disponible 
8 juillet  Disparition du footballeur Joe Gaetjens  Page disponible 
juillet-août  Massacre dans le Sud-Est  Page disponible
juillet-novembre  Disparition de cinq membres de la famille Bajeux  Page disponible
août-novembre  Les vêpres de Jérémie  En reconstitution
12 novembre  Exécution publique de Numa et Drouin (2 membres de Jeune Haïti)  Page disponible
1965 16 février  Exécution publique de René Péan  Page disponible
4-18 août

 Répression contre les membres du Parti Populaire de Libération Nationale (PPLN) 
 
Mort de Jean-Jacques Dessalines Ambroise et de son épouse Lucette Lafontant, de Marc Mario Rameau et d'Anthony Guichard

 Page disponible
1968 mai-juin  Assassinat des trois frères Barreau (Rodner, Rodrigue et Jean-Robert)  Page disponible
1969 février  Le drame de Grand-Bois Cornillon (audio disponible à la page Massacre de masse)  En reconstitution
mars-avril  Le massacre de Cazale  Page disponible
décembre  Le massacre de Latremblay ou La Tremblay (document à la page Massacre de masse)  En reconstitution
1986 26 avril  Le massacre de Fort-Dimanche (l'autre 26 avril)  Page disponible


Envoyez-nous vos témoignages à :  haitiluttecontre.impunite [@] gmail.com

 

 

Le type et les langues publiés Titre et Description date de création actes
Text_icon

Il n'y a pas de bons duvaliéristes

Soumis à Alter Presse le 29 août 2008. Par Frank Laraque, professeur émérite, City College, New York. " Ils ne sont pas tous des tontons macoutes, des criminels, des meurtriers qui ont tué de leurs propres mains des milliers d’innocents. Mais ceux qui n’ont pas renié le duvaliérisme, ni n’ont pas eu le courage de se repentir, de faire amende honorable ne sont pas moins coupables. Ils se rangent parmi les architectes des structures duvaliéristes, les ordonnateurs d’exécutions sommaires, les complices des semeurs de mort par leurs machinations, leur silence, leur tacite ou exaltante justification. " 9 pages.

établi Jan 29, 2014

Montrer
Text_icon

LE REFUS DE L’OUBLI

Oublier, c’est aussi oublier ce qu’il ne faudrait pas oublier pour que la justice et la liberté triomphent. Une telle faculté d’oubli reproduit les conditions qui reproduisent l’injustice et l’esclavage : oublier les souffrances passées, c’est oublier les forces qui les causèrent, et les oublier sans les vaincre.

établi Mar 09, 2016

Montrer
Text_icon

Plate-Forme Haïti de Suisse: Droits humains, dictature et devoir de mémoire

Plate-Forme Haïti de Suisse : activités réalisée sur la protection de Droits humains, sur la dictature et devoir de mémoire

établi Mar 25, 2016

Montrer
Text_icon

Violations des droits humains, oct.1980 – oct. 1981

La vague croissante de critiques publiques et de protestations de rue contre le gouvernement et ses politiques a fait ressurgir la bête féroce duvaliériste qui essayait tant bien que mal d’afficher un visage humain qui plaisait aux nouveaux patrons américains. Le vernis de "droit de l'homme" imposé par les Américains a vite craqué. S’ensuivit une vague d’arrestations politiques et une répression systématique contre la presse indépendante, les associations et partis politiques sous prétexte de menées subversives d’octobre 1980 à octobre 1981. Des dizaines de journalistes, de membres et sympathisants du Parti Démocratique Chrétien Haïtien (PDCH) ont été torturés et emprisonnés ou contraints à l’exil après torture. Une parodie de procès fut organisée le 25 août 1981 contre Sylvio Claude, Marie-France Claude et plusieurs autres prisonniers, tous furent déclarés coupables « d’incendie volontaire » et de « complot contre la sureté de l’État ». Le document rapporte différents cas d’arrestations sommaires et de tortures de journalistes et de figures publiques; et les témoignages d’Evens Paul et d’Yves Richard emprisonné au sous-sol du Palais national. Les autorités haïtiennes via le colonel Jean Valmé, alors chef de la police, invoquent le complot communiste afin de justifier les mesures répressives. Novembre 1981, 7 pages. (Droit de diffusion accordée à Haïti lutte contre l’impunité par Amnistie Internationale Canada francophone).

établi Sep 27, 2015

Montrer
Text_icon

Assassinats et arrestations récentes - décembre 1985

En 1985, la répression musclée s’intensifie afin de faire face à l’amplification de la protestation du pouvoir duvaliériste à l’échelle d’Haïti. Une amnistie présidentielle a fait libérer 37 prisonniers le 29 avril, mais le régime se cherche continuellement d’autres prisonniers. Se sentant de plus en plus menacé par une opposition tonitruante, le régime montre ses crocs toutes griffes dehors. Assassinats et disparitions se poursuivent. Assassinat du Dr Lionel Lainé et de Michael Alcindor; arrestation de Jacques Bernadin, Dr Leclaire Adolphe, Renaud Teranciel et Maurice Laguerre, Georges Clément, Androclès Marin, Julien André, Joseph CHERY, le Révérend Antoine LEROY ainsi que d’une dizaine de citoyens. Le rapport fournit des détails autour de chacun de ces cas en soulignant le caractère illégal des arrestations et des détentions souvent entourées du plus grand secret. Il lance un avertissement sur l’ampleur de la répression. Décembre 1985, 7 pages. (Droit de diffusion accordée à Haïti lutte contre l’impunité par Amnistie Internationale Canada francophone).

établi Sep 27, 2015

Montrer
Text_icon

Devoir de Mémoire, souvenir du massacre de Thiotte et ses régions avoisinantes il y a cinquante-deux(52) ans

La ville de Thiotte s’est souvenue des centaines de ses parents, ceux des régions avoisinantes de Mapou, Grand Gosier, Belle-Anse exterminés par la dictature, il y a cinquante-deux(52) ans

établi Apr 04, 2016

Montrer
Text_icon

INAUGURATION SITE MÉMORIEL EN SOUVENIR DELA GESTE DE HECTOR RIOBÉ ET DE SES COMPAGNONS 19 Juillet 2016

Hector Riobé voulait venger son père tué de la main de Franck Romain le 26 avril 1963. Ce tortionnaire de l’armée duvaliériste en voulait à la voiture Mercedes Benz d’André Riobé, sa chevalière ainsi qu’à son coffre-fort d’où il s’empara de trente-cinq mille dollars. Le fils Riobé ne pouvant compter sur la justice de son pays pour juger ce voleur, cet assassin, a dû prendre sur lui et sur quatre de ses amis pour tenter d’infléchir le régime de terreur de Duvalier et rendre ainsi justice à André son feu père.

établi Jul 22, 2016

Montrer
Text_icon

Hommage aux journalistes Haïtiens Victimes de l’Impunité

03 mai 2015 c’était la journée mondiale de la Liberté de la Presse, hommage aux journalistes Haïtiens victimes aux noms de : La vérité, La liberté, L’état de droit, La justice et du droit à L’information

établi Dec 15, 2015

Montrer
Text_icon

Les dictatures de François et de Jean-Claude Duvalier semèrent la désolation, la terreur, la mort en Haïti

Il y a cinquante-neuf ans, il y a cinquante-cinq ans, il y a trente-quatre ans.... Les dictatures de François et de Jean-Claude Duvalier semèrent la désolation, la terreur, la mort en Haïti

établi Feb 03, 2016

Montrer
Text_icon

Devoir de Mémoire - Haïti 2 juin 1969 – 2 juin 2016

Le 3 juin 1969, paraît dans les journaux Le Nouvelliste et le Nouveau Monde un communiqué du colonel Breton Claude, commandant des casernes Dessalines, annonçant la liquidation du comité central du Parti communiste haïtien le 2 juin 1969

établi Jun 28, 2017

Montrer